Sfumato, de Xavier Durringer

61EL-kjwKNL

J’ai lu pas mal de livre cette année, dont beaucoup que j’ai sincèrement appréciés. Et je suis très heureuse de finir 2015 avec encore un livre qui m’a particulièrement plu : Sfumato, de Xavier Durringer.

 

A titre personnel, je ne connaissais jusqu’alors ni Xavier Durringer, ni la définition de Sfumato. Pour le premier, j’ai appris par Tom la Patate que Xavier Durringer est un dramaturge et réalisateur français, qui lance avec Sfumato son premier roman. Tom la Patate avait adoré un de ces films J’irai au Paradis car l’enfer est ici, raison pour laquelle il m’a offert le livre de cet artiste. Pour le second, j’ai appris qu’un sfumato est une technique picturale mise au point par Léonard de Vinci pour donner un effet vaporeux à un tableau par des contours imprécis. Vous voilà maintenant renseigner sur l’auteur et le titre, allons donc plus loin !

 

Sfumato est un livre à la fois très cru, dans le sens un peu « rock’n’roll », et en même temps, très poétique et intime. En gros, pour retracer brièvement l’intrigue, le livre raconte l’histoire d’un homme, Raphaël, a la fois bien entouré par ses amis, drôle et dégourdi, et en même temps dans une très grande solitude face à la vie et au sens à lui accorder (si tant est qu’il y en ait un bien évidemment). Raphaël fume des pétards, fait la fête, trouve des plans pourris pour gagner un peu de fric, rigole avec ses potes, pour lesquels il est toujours présent. A bien des moments, j’ai eu des fous rires sur certains passages, notamment dans l’écriture des dialogues entre amis. Je me souviens notamment d’avoir rigolé comme une baleine un matin à 8h30 dans le RER A tellement les scènes décrites ressemblent à des situations que vous avez sûrement vécues, pour peu que vous ayez été un peu paumés et funs dans vos jeunes – et même vieilles – années.

Seulement Raphaël est aussi très profond, bien qu’il ne le sache pas de prime abord. Seul dans ses choix et réflexions, il rencontre un jour Viktor, un homme issu à ses yeux directement d’une autre dimension. Viktor croit à la symbolique, à la puissance des textes, à un certain ordre des choses connu par des artistes et des lignées de rois. Viktor croit en une vérité à chercher, et initie Raphaël à la quête perpétuelle. Dis comme cela, cela peut paraître abscons, mais c’est en réalité là que se trouve la puissance du livre.

 

Ce qui est franchement intéressant voire intrigant dans ce livre, c’est la façon de présenter le cheminement d’une personne. Nous cheminons tous, qu’on le veuille ou non. On chemine sur nos croyances, nos idéaux, nos perceptions des situations etc. Raphaël chemine aussi, et le trajet qu’il emprunte est inconnu pour nombre d’entre nous. En ce sens, l’ouvrage est très réussi, car il arrive à montrer cette avancée extraordinairement solitaire, en replaçant malgré tout son héros dans une vie sociale grave mais présentée légèrement. J’ai donc adoré, adoré, adoré ce livre et je ne peux que vous le recommander chaleureusement.

 

A titre anecdotique, j’ai écris à l’écrivain pour lui dire que j’avais aimé son livre, mais aussi pour lui poser quelques questions. Il a eu la délicatesse de me répondre, en détails, et en plus très rapidement. Ca peut paraître futile, mais je suis très sensible aux gens qui prennent le temps de répondre aux personnes à qui ils ont proposé une œuvre, ça les rend à mes yeux sympathiques et surtout humains, sans fioriture inutile.

 

Pour couronner le tout, il a même accepté de poser avec la pancarte des coincés chez nous dans les mains, ce qui assurément en fait un homme de goût !

IMG_0143

 

Très joyeuses fêtes à tous,

 

Jo la Frite

 

 

 

 

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Metaphysique |
Bouquinsprlefun |
Famillerecompose |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dans ma tête...
| outlander
| C'est écrit ... Par D...