Radieuse Aurore, de Jack London

cvt_Radieuse-Aurore_5782

Il y a quasiment un an jour pour jour, je faisais la découverte de Jack London à travers le merveilleux et ô combien fascinant Martin Eden. Depuis, ceux qui suivent les aventures des Coincés Chez Nous savent que j’aime revenir régulièrement explorer l’oeuvre de cet immense auteur américain. Pour ce premier anniversaire de notre rencontre, il fallait fêter cela! Aussi c’est avec un autre roman dit autobiographique (à l’instar de Martin Eden) que j’ai poursuivi ma balade littéraire en terres londoniennes.

L’ensemble de ses romans n’est pas à proprement dit des autobiographies, mais plutôt des histoires inspirées des tribulations de Jack London et dont les héros revêtent certains de ses traits de caractère. Il y a ainsi une parenté indéniable entre Radieuse Aurore et Martin Eden. On retrouve dans ce livre un être exceptionnel, courageux, à la force et surtout à la pugnacité hors du commun. Un homme frustre, mais qui par une inépuisable soif de conquête et une détermination sans faille va se forger un destin hors norme, dont il tirera une leçon de vie. Mais là où celle de Martin Eden est tragique et crépusculaire, celle de Radieuse Aurore sera bien plus solaire.

Radieuse Aurore est un surnom, celui de Elam Harnish, chercheur d’or du Klondike, qui aime se lever tôt et réveiller ses compagnons de route dans le grand nord pour leur faire contempler l’aurore radieuse qui naît chaque jour. Radieuse Aurore est un homme de défis, qui aime le jeu. Il est prêt à faire des centaines de kilomètres avec ses chiens de traineaux pour gagner un pari. C’est un homme simple, loyal, honnête, droit, qui ne se méfie que d’une seule chose: les femmes qui pourraient accrocher une laisse à son cou et mettre à mal sa liberté, qu’il chérit par dessus tout.

Mais Radieuse Aurore a aussi des rêves, lui qui parcourt le grand nord depuis si longtemps, se voit bâtisseur d’empire. Ses aspirations à la fortune, son instinct et son goût du risque sans limite vont le rendre riche et lui permettre de devenir un héros dans ces terres glacées. Habité par un appétit de conquête gargantuesque, il se rend alors à San Francisco pour se mesurer à un monde tout aussi impitoyable que celui du grand froid: la finance. Mais cette aventure ne le mènera pas forcément là où il s’attendait…

J’ai adoré la première partie de l’ouvrage, retrouvant les récits d’aventures dans le monde hostile et dangereux qu‘est le grand nord canadien, où London lui même a cherché de l’or et qu’il avait merveilleusement décrit dans des nouvelles comme Construire un feu. La nature y est aussi belle que violente, aussi rude et meurtrière que terre d’émancipation et de dépassement de soi. L’homme doit lutter de toutes ses forces pour rester en vie et aller au bout de son périple. Les grands espaces glacés deviennent ainsi des lieux quasi métaphysiques où l’homme éprouve et découvre sa propre nature.

Puis du London-aventurier, nous passons au London-politique, lui qui était animé par des convictions socialistes fortes, il nous propose un portrait acide du monde de la finance et de l’esprit capitaliste, qui détruit les faibles et perverti les forts. Son oeuvre date de 1910, mais ce qu’il décrit n’a en rien changé en 2016 et nous connaissons tous les ravages de la spéculation outrancière, qu’il illustre avec brio et minutie.

La dernière partie de l’ouvrage, plus champêtre, m’est apparue plus naïve (trop?), mais finalement assez logique et juste pour coller à son personnage principal. C’est ici le petit défaut du livre, ce qui à mon sens, ne permet en aucune façon de comparaison possible entre Radieuse Aurore et Martin Eden. Là où Martin m’est apparu comme un être fascinant à la fois très éloigné de moi et très proche, Radieuse Aurore, malgré son flair, son allant, son caractère bien trempé, m’a tout au long du livre semblé un peu benêt. Un homme trop simple, qui ne souffre d’aucun démon, qui finalement, même s’il comprend une leçon de vie à la fin de l’ouvrage, ne doute jamais, ne se remet jamais en question, contrairement à son lointain cousin de papier. Un grand livre doit avoir un grand héros. Radieuse Aurore, bien que sympathique, n’est pas de cette race là. Voilà la petite faiblesse de l’ouvrage, qui vaut néanmoins le détour.

   Tom la Patate

2 Réponses à “Radieuse Aurore, de Jack London”

  1. SALMON
    27 novembre 2016 à 13 h 54 min #

    une vraie révélation ce blog sympa et chaleureux : je découvre « RADIEUSE AURORE  » DE JACK london un peu grace à lui et je me régale !!!
    quel dommage que vous n ‘ ayez que peu d ‘ abonnes et de suiveurs
    N ‘ hésitez pas a venir sur le notre
    https://deslivresetdesarts.wordpress.com/a-propos/

    bonne lecture
    jean

    • coincescheznous
      27 novembre 2016 à 14 h 22 min #

      Merci Jean pour ce commentaire qui nous met du baume au coeur ;-) Nous allons avec plaisir visiter votre blog! Jo la Frite et Tom la patate des Coincés chez nous
      ps: n’hésitez pas à nous suivre sur facebook ou twitter alors!

Laisser un commentaire

Metaphysique |
Bouquinsprlefun |
Famillerecompose |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dans ma tête...
| outlander
| C'est écrit ... Par D...