Série « Olive Kitteridge » – 4 épisodes d’une heure

Série

On peut faire des séries passionnantes et poignantes avec peu de choses. Olive Kitteridge en est l’exemple parfait. Cette mini série HBO datant de 2014 est un peu l’antithèse de Game of Thrones, Homeland ou House of Cards, une série où il n’y a pas d’intrigue criminelle, d’espionnage ou de dragons qui volent. Olive Kitteridge parle de la vie de monsieur et madame tout le monde, sauf que monsieur et madame tout le monde n’existent pas. Chacun d’entre nous, même l’être en apparence le plus anodin, peut se révéler un formidable héros, complexe et dont la trajectoire de vie, bien que tranquille et rangée, est une passionnante aventure humaine.   

Olive Kitteridge est professeur dans une petite ville du Maine, son mari tient la pharmacie locale et ils ont ensemble un fils. Au fil de quatre épisodes d’une heure, nous suivons leur destin sur plus de trente ans de vie. Voilà pour l’argument.

C’est court et pourtant, il n’y a rien de plus à dire, sauf à égrener, comme le fait si bien la série, l’ensemble des petits évènements ou non-évènements qui constituent l’existence de tout un chacun : mariage, problèmes familiaux, de couple, relation parent-enfant, tentation d’infidélité etc…Mais la série n’est en rien un catalogue et tout cela fonctionne admirablement par petites touches, comme une juxtaposition de petites vignettes sensibles autour de moments de vie.

Il n’y a rien de trépidant, mais  le ton est extrêmement juste. Ni trop sucrée, ni trop noire, ne cherchant pas à magnifier ses héros ou à s’en moquer, la caméra les regarde vivre, vieillir ou grandir, rêver, se perdre et se retrouver.    

Evidemment, un telle série tient beaucoup par ses personnages, à commencer par Olive Kitteridge, l’héroïne, une femme acariâtre, dure, qui frôle la misanthropie souvent, mais qui, derrière son masque froid de façade, se révèle bien plus humaine et fragile qu’il n’y paraît.  Elle est magnifiquement jouée par France McDormand,  oscarisée pour  Fargo le film des frères Cohen. Mais elle se fait souvent voler la vedette par son mari, Henry, dont le nom – Richard Jenkins- ne vous dira probablement rien, mais que vous avez déjà dû voir dans une bonne dizaine de films ou séries. Pour les fans comme moi de Six Feet Under (dont Olive Kitteridge partage d’ailleurs un certain regard sur le monde) il était le père décédé de la famille Fischer. Il est ici éblouissant d’humanité.  

Egalement, il est à noter qu’on parle beaucoup de traumas, de névroses, de folie douce et de mort dans Olive Kitteridge. Rien n’est appuyé ou pesant, mais la mort, l’angoisse, la maladie rodent toujours, ce qui donne une touche crépusculaire à cette série qui aborde aussi la question de la vieillesse, ce naufrage, et des drames qu’elle engendre. Mais tout est dépeint sans pathos et sans lyrisme excessif, avec finesse, élégance et retenu. Un petit bijou, simple et beau sur la vie, tout simplement.      

Tom la Patate

5 Réponses à “Série « Olive Kitteridge » – 4 épisodes d’une heure”

  1. empresa de socorrismo gran canaria
    30 octobre 2016 à 18 h 49 min #

    Socorristas y personal médico. http://transenprom.ru/index.php/component/k2/itemlist/user/83586

  2. Cortney
    12 janvier 2017 à 15 h 52 min #

    No para procurar salvar vidas mientras no llegan los que deben hacer
    ese trabajo, y que lo hacen mucho mejor! http://modern.mn/?option=com_k2&view=itemlist&task=user&id=6007

  3. http://agropromnika.dp.ua
    27 février 2017 à 5 h 55 min #

    Limpiadores de confianza en toda España. http://agropromnika.dp.ua/?option=com_k2&view=itemlist&task=user&id=426995

  4. vacaciones baratas cantabria playa
    17 mars 2017 à 22 h 19 min #

    Y de qué manera no, una buena y tradicional sauna. http://Bogomolets.name/?option=com_k2&view=itemlist&task=user&id=791606

  5. Kendall
    8 avril 2017 à 16 h 55 min #

    Productos atracción.  http://www.flights-docs.com/en/component/k2/itemlist/user/1346880.html

Laisser un commentaire

Metaphysique |
Bouquinsprlefun |
Famillerecompose |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dans ma tête...
| outlander
| C'est écrit ... Par D...