«Lusitania 1915 – La dernière traversée» d’Erik Larson

Lusitania

 

Soyons honnête, je ne me serais jamais penchée sur cet ouvrage – qu’on pourrait appeler roman historique, bien qu’il ne s’agisse pas d’un roman mais d’une reconstitution minutieuse des faits – si je n’avais pas participé au concours de la critique littéraire organisée par ma ville. Et bien fort heureusement, j’y ai participé, ce qui m’a ouvert les yeux sur un autre type de littérature que je ne croise pour ainsi dire jamais.

Sans suspens, ce livre raconte l’histoire du célèbre paquebot britannique Le Lusitania, qui quitte New York pour Liverpool pendant l’année 1915, année fortement triste de la Première Guerre Mondiale. Bien que je ne lise aucun ouvrage historique, je me souvenais assez précisément des éléments de cette guerre suite à une année en classe préparatoire il y a déjà 15 ans. Pourtant, je ne connaissais rien de la complexité de la triste histoire du Lusitania, dont la chute, ou plutôt le torpillage, est le résultat de l’action du sous-marin allemand U-boot. Entre ce que je pensais savoir des faits, et la réalité retracée du livre, un monde existe. C’est d’ailleurs la principale force de l’ouvrage : la capacité de l’auteur a nous faire vivre un drame dont on connaît l’issue de façon haletante, claire et fluide (alors qu’en fait nous suivons plusieurs points de vue tant méta qu’individuels, pour comprendre que ce torpillage résulte de plusieurs comportements de grands hommes d’Etat).

 

Pour vous résumer cet ouvrage et vous donner envie de le lire, voici les trois points qu’il me tient à cœur de partager avec vous.

-       Ce que nous apprenons sur l’évènement

-       La densité du travail historique derrière ce livre

-       La qualité du style de l’auteur

 

Ce que nous apprenons sur l’événement :

Dans mes souvenirs de cours d’histoire, les choses étaient assez imprécises. Les allemands avaient torpillé le Lusitania « levrier des mers », ce qui avait entraîné l’entrée en guerre des Etats-Unis.

Comme bien souvent, les choses étaient en réalité bien, bien, bien plus complexes que cela. Le Capitaine du Lusitania, William Thomas Turner, traverse les eaux proches de l’Angleterre que l’Allemagne  a classé zone de guerre interdite aux paquebots civils… Tout près de lui évolue un autre Capitaine, Walter Schwieger (celui du sous-marin allemand U-20), qui lui compte bien respecter ses engagements de « militaire » face à la guerre… Mais surtout, à côté de ces deux hommes évolue une unité secrète britannique qui piste le sous-marin et connaît toutes ses intentions (ce qui signifie clairement que Woodrow Wilson et Winston Churchill avaient connaissance de la future mort des 1000 voyageurs essentiellement américains…). Je n’en dis pas plus car le but est de vous donner envie de le lire pour comprendre ce pan de l’Histoire… Mais déjà, avec ce court résumé, vous comprendrez que le pouvoir – à toute époque – cache bien son jeu et qu’il s’agit d’un roman haletant.

 

La densité du travail historique et bibliographique

Erik Larson est journaliste et j’imagine qu’il doit être excellent dans son travail au quotidien quand je vois le sérieux de ses recherches sur le sujet, notamment depuis que l’Amirauté britannique a ouvert ses archives. Presque cent pages de notes, de sources et de recherches bibliographiques. Un travail de fourmi extrêmement précis, au fond du détail. Au-delà de la crédibilité que cela apporte à l’ouvrage, cela  le rend encore plus intéressant et prenant puisqu’on lit un rapport factuel et non une adaptation historique romancée.

 

La qualité du style de l’auteur 

Fluide, clair, concis, précis, respectant les différents points de vue…

Un style parfait pour ce type de livre !

 

Voilà, l’essentiel vous est partagé, le reste est franchement à découvrir, je ne peux que vous le recommander chaleureusement, même si c’est tout sauf un livre chaleureux, encore que…. !

 

Jo la Frite

Inscrivez-vous

Subscribe to our e-mail newsletter to receive updates.

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Metaphysique |
Bouquinsprlefun |
Famillerecompose |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dans ma tête...
| outlander
| C'est écrit ... Par D...